Hum. Je vois, je vois ….

que vous avez décidé de cultiver vos propres fraises.

Très bon choix !

Mais pourquoi avoir fait ce choix ? Hum. Voyons. Ah voilà.

Car vous souhaitez récolter des tonnes de fraises savoureuses et atteindre le saint Graal, l’autonomie complète en fraises.

Comme je vous comprends. Les fraises du commerce sont devenues tellement chères, sans saveurs et surtout pleines de pesticides.

Du coup, pour atteindre cet objectif, vous avez récemment planté vos fraisiers préférés et jusqu'a présent tout s'est bien passé.

Cependant, maintenant vous aimeriez savoir comment les entretenir.

Histoire d'avoir de belles récoltes.

J’ai tout bon ? Si la réponse est oui, alors vous allez adorer ce guide.

Non seulement je vais vous expliquez étape par étape, comment satisfaire tous les besoins de vos fraisiers, mais également comment repousser les nombreuses menaces qui pèsent sur eux.

À la fin, l'entretien des fraises n'aura plus aucun secret pour vous.

Et votre rêve d’autonomie sera à portée de main.

Alors, si vous vous sentez à la hauteur du défi, installez-vous confortablement, prenez une boisson chaude et de quoi noter.

La quête pour entretenir les fraisiers

La quête pour entretenir vos fraisiers ne fait que commencer !

Étape 1 : Un environnement de culture optimal

Créer un environnement de croissance favorable sera la première étape de votre quête.

Dans les prochains paragraphes, vous trouverez les deux actions essentielles pour permettre à vos fraisiers de s’épanouir pleinement.

L’action indispensable à mettre en place

Pour créer un environnement de culture optimal, l'outil n°1 reste le paillage.

En tout cas, c'est l'avis de tous les producteurs de fraises rencontrés depuis 2012 dans le cadre de ma formation universitaire et de mon travail d'ingénieur agronome.

Pourquoi un tel engouement ?

Les raisons sont multiples : maintenir le sol à une température constante, diminuer les arrosages, limiter les « mauvaises herbes », mais surtout éviter le pourrissement des fruits en en les isolant du sol.

Pour profiter de tous ces avantages, je vous recommande de pailler (juste après la plantation) avec au minimum 5 cm d'épaisseur (feuilles broyées, écorces de pins, BRF, foin ou paille).

Entretien des fraises avec du paillage

Grâce à ce paillage généreux, vous allez pouvoir maintenir le sol à une température constantelimiter la croissance des "mauvaises herbes" et surtout éviter le pourrissement des fruits en les isolant du sol.

Passons maintenant à la seconde action : l’entretien des stolons.

Mais que faire des stolons ?

Bonne question.

Faut-il les garder ? Faut-il les supprimer ? Si oui, quand les couper ?

Voici quelques éléments de réponses sur la gestion des stolons, l'autre action essentielle pour avoir des fraisiers épanouis et productifs.

Pour rappel, les stolons sont de longues tiges vertes et fines qui émanent du cœur de la plante. Elles vont s'enraciner et donner naissance à un nouveau fraisier identique à la plante mère.

Tout d'abord, il est important de traiter les stolons des variétés non-remontantes différemment des autres variétés.

Pour cela vous avez deux options.

Soit, vous les guidez selon un schéma spécifique. Soit vous leur laissez une certaine liberté comme dans le système des rangs en nattes.

Concernant les variétés remontantes et à production continue, la gestion des stolons est bien différente.

Effectivement. Cette fois-ci on va tous les supprimer.

Mais attention, pas n’importe comment.

En effet, l'élimination des stolons doit se faire jusqu'au 1er juillet de la première année.

Pourquoi ?

Parce que les vraies récoltes commenceront la deuxième année, lorsque tous les stolons, bien enracinés avant le mois d'août, produiront également des fraises.

À retenir du Chapitre 1

  • Pailler abondamment vos fraisiers, minimum 5 cm d’épaisseur. Vous pouvez utiliser de la paille, du foin ou encore du BRF.
  • Arrêter de supprimer les stolons des variétés "remontantes" et "à production continue" à partir du 1er juillet si vous voulez avoir une belle récolte les années suivantes.
  • Ne dépassez pas une densité de 9 fraisiers par m².

Étape 2 : L’eau source de vie ? Oui, mais ...

Bon, je vais être cash et mettre fin au débat.

Il est impossible de produire des fruits composés à 90 % d'eau sans le moindre arrosage, surtout dans un contexte de changement climatique et de sécheresse régulière.

Importance de l'eau dans la composition d'une fraise

Alors, si quelqu'un (un gourou de YouTube par exemple) vous promet des récoltes incroyables sans la moindre goutte d'eau, fuyez !

La bonne quantité d’eau

En revanche, si tout comme moi, vous souhaitez produire suffisamment de fraises pour satisfaire les envies de votre famille, je vous suggère d'apporter 2.5 cm d'eau par semaine à vos plantes. 

Cela peut même monter jusqu'à 5 cm lors de la formation des fruits (de la floraison à la récolte).

Ensuite, l'arrosage doit se poursuivre jusqu’à septembre (voir octobre dans certaines régions).

Pourquoi ?

Parce qu’un apport d’eau régulier pendant les périodes sèches permettra de réduire le stress et favorisera la formation des fruits l'année suivante.

Attention, même si l'eau est d'une importance vitale pour produire de délicieuses fraises, les fraisiers n'aiment pas avoir les pieds dans l'eau trop longtemps.

En effet, leurs racines étant relativement superficielles, un sol détrempé les fera pourrir à coup sûr.

Et dans ce cas, vous pouvez dire adieu à vos rêves de récoltes abondantes.

L’astuce pour maitriser parfaitement l’arrosage des fraisiers

Alors, comment maitriser parfaitement la quantité d'eau que vous apportez ?

En utilisant un système d'arrosage goutte à goutte, pardi !

Et hop, une vidéo qui peut vous aider à installer votre propre système  :

À retenir du Chapitre 2

  • Fournissez au moins 2.5 cm d'eau par semaine, voire 5 cm par semaine au moment de la formation des fruits.
  • Continuez d’arroser jusqu’à septembre/octobre pour obtenir de belles récoltes les années suivantes.
  • Pensez à utiliser un système d’arrosage goutte à goutte pour maitriser parfaitement la quantité d'eau apporter à vos fraisiers. Cela diminuera également les risques de maladies et de pourrissement de racines.
Infographie eau fraisiers

Étape 3 : Bien fertiliser les fraisiers

Une bonne fertilisation aide les fraisiers à atteindre leur plein potentiel. Et donc, à produire une plus grande quantité de fraises. 

Alors, pourquoi s’en passer ?  

La solution classique : les engrais chimiques

Pour ceux qui préfèrent les engrais chimiques, voici un plan de fertilisation qui fonctionne bien.

Premièrement, appliquer un engrais équilibré (10-10-10)  juste avant de planter. Je vous recommande d'ajouter 450 à 900 grammes d'engrais pour 10 mètres carrés.

Deuxièmement, au cours de la première année, un autre ajout peut être appliqué dans les quatre à six semaines suivant la plantation, et de nouveau en août, selon la croissance des plantes.

Troisièmement, les variétés à production continuent et "remontantes" peuvent être fertilisées après la première récolte. En revanche, les variétés non-remontantes doivent être fertilisées pendant le "nettoyage" de la fraiseraie (voir chapitre 6).

Ma solution préférée : les engrais organiques

Si tout comme moi, vous ne voulez pas employer d’engrais chimiques, le sang séché et la farine d'os sont de bonnes alternatives aux engrais chimiques.

Le premier peut être utilisé afin d’augmenter la quantité d’azote tandis que le second permet d'augmenter la quantité de phosphate.

Une seule application par mois, de juin à septembre, est largement suffisante pour obtenir de belles récoltes.

Attention, ne faites pas cette erreur !

Que ce soit avec les engrais organiques ou chimiques, veillez à bien arroser pour les faire pénétrer jusqu’aux racines et enlever tout résidu coincé entre les feuilles et les tiges.

Dernier point, ne surdosez pas !

Si vous appliquez trop d’engrais, vous obtiendrez une croissance excessive des feuilles et une faible production de fleurs (et donc de fruits).

Il est même possible de tuer vos fraisiers si vous avez la main trop lourde.

Pas vraiment le but recherché, n’est-ce pas ?

À retenir du Chapitre 3

  • La fertilisation est indispensable si vous souhaitez obtenir de belles récoltes.
  • Vous avez deux options : les engrais chimiques ou organiques. Personnellement, je préfère la version organique, mais vous êtes libre d’essayer les deux.
  • Pour les deux options, arroser juste après l’application afin de faire pénétrer les engrais dans le sol, mais également de nettoyer les morceaux d’engrais coincés au centre des fraisiers.
  • Enfin, ne surdosez jamais vos apports d’engrais ! Cela peut favoriser le développement des feuilles au détriment des fruits. Ou pire. Les griller, littéralement.

Étape 4 : Aux abris, voici les ravageurs !

Nous voilà arrivées au milieu de l'article et votre quête sur l'entretien des fraisiers a bien avancé.

Vous savez désormais créer un environnement de culture optimal, irriguer les fraisiers parfaitement, mais aussi comment les fertiliser correctement.

Bravo !

Malheureusement, les menaces tapies dans l'ombre vont commencer à pointer le bout de leur nez.

Eh oui, les humains ne sont pas les seuls à aimer les fraises.

Les oiseaux et les limaces (et bien d’autres animaux) les aiment tout autant que nous (voir plus) et finiront inévitablement par en manger quelques-unes.

C’est le jeu ma pauvre Lucette !

Mais avant de sortir faire la chasse aux merles et aux limaces, j’ai une bonne nouvelle à vous annoncer.

Vous pouvez protéger la grande majorité de vos précieuses fraises en les recouvrant d’un filet anti-oiseaux et en ajoutant quelques bandes de cuivres sur les bordures pour éloigner les limaces.

Voici une vidéo qui vous explique simplement comment installer un système de grillage anti-oiseaux :

Concernant les maladies, la plupart peuvent être gérés avec succès en coupant et en enlevant le feuillage infecté.

Il est également utile de ne pas arroser les feuilles et les fruits pour les maintenir au sec et limiter l'apparition des maladies (d'où l'intérêt du goutte-à-goutte).

À retenir du Chapitre 4

  • Un filet anti-oiseaux et quelques bandes de cuivres vous permettront d'éloigner efficacement les oiseaux et limaces qui lorgneraient un peu trop sur vos fraises.
  • Une visite hebdomadaire de votre fraiseraie vous permettra de repérer facilement les feuilles atteintes par les maladies. Vous pourrez ensuite les supprimer et éviter les catastrophes.

Étape 5 : L'art de récolter les fraises

L’été approche, il fait beau et vos fraisiers commencent à produire leurs premières fleurs et bientôt ... leurs premières fraises.

Cependant, même si le gros du travail a déjà été fait, il reste encore quelques détails à connaitre pour ne pas gâcher tous les efforts réalisés jusqu'à présent.

L'éternelle question : faut-il récolter la première année ?

J'imagine qu'après tous ces efforts, vous êtes pressé de récolter les fruits de votre dur labeur, n’est-ce pas ? 

En même temps, c'est compréhensible. Qui pourrait résister à l’envie de déguster ses premières fraises ? Pas moi en tout cas.

Eh oui, j’ai aussi succombé à l’appel de ces joyaux du potager à mes débuts en 2012.

Malheureusement, j'ai vite compris que récolter des fraises la première année était une grossière erreur. 

Pourquoi ?

Car les fraisiers produisent toujours mieux les années suivantes. 

Mais à une seule condition :

Toute leur énergie doit être consacrée à s'enraciner et à produire des stolons la première année.

Euh d’accord, mon brave Lucas, tu es bien gentil, mais concrètement, comment je dois m’y prendre pour faire ça et obtenir de belles récoltes les années suivantes ?

Excellente question.

Il faut être patient et supprimer tous les boutons floraux. Facile, non ?

Certes, en coupant les boutons floraux, vous ne récolterez pas de fraises la première année, mais vous obtiendrez des fruits plus nombreux et de meilleures qualités les années suivantes.

Croyez-moi, cela vaut largement le coup de perdre quelques fraises la première année.

D'autant plus que la majorité des variétés sont peu productives la première année.

Vous voilà prévenu.

Passons maintenant au moment tant attendu, la récolte !

Les 5 règles pour bien récolter vos fraises

Nous y voilà enfin. C’est le jour J.

Après une année entière à patienter et soigner vos précieux fraisiers, vous allez enfin découvrir le bonheur de récolter et déguster vos propres fraises.

Mais attention, 5 règles doivent être respectées lors de la cueillette.

Dans le cas contraire, vous risquez de ne pas apprécier vos fraises à leur juste valeur et d’être déçue.

Règle n°1 : Choisir les bonnes fraises

Si vous souhaitez récolter les meilleures fraises possibles, vous devez vous concentrer sur les plus charnues et fermes, mais également celles qui sont entièrement rouges.

Ce dernier point est très important, car contrairement aux tomates et à certains fruits et légumes, les fraises arrêtent de mûrir une fois cueillies.

Pour savoir si une fraise est parfaitement mûre, il suffit de regarder ses deux extrémités.

Si la pointe et le sommet sont complètement rouges, elle est prête à être consommée.

La photo ci-dessous montre la séquence de maturation d'une fraise. Votre cueillette doit se concentrer uniquement sur le stade 5.

Règle n°2 : Récolter les fraises avec douceur

Eh oui, les fraises sont fragiles et s'abîment facilement.

Alors pour vous aider à conserver toutes les qualités de vos fraises au moment de la récolte, voici un « protocole » de cueillette digne d’un professionnel.

Les 5 étapes pour bien cueillir des fraises 

  1. Tenez la tige à environ 1.5 cm au-dessus de la fraise entre l'ongle du pouce et celui de l'index, tout en tenant le fruit dans votre paume.
  2. Sectionnez la tige en exerçant une pression avec l'ongle de votre pouce tout en tournant légèrement la tige. Personnellement, je préfère utiliser un petit ciseau que je désinfecte avec de l’alcool entre chaque fraisier (cela évite de propager les maladies dans la fraiseraie).
  3. Laissez la fraise (y compris le chapeau et la tige) rouler doucement dans votre paume.
  4. Placez délicatement vos poignées de fraises dans le récipient de votre choix. Ne pressez pas les fraises et surtout ne les entassez pas sur plus de 15 cm.
  5. Répétez tout le processus jusqu'à ce que vous ayez atteint vos objectifs ou que vous en ayez assez, ce qui peut très vite arriver en plein été.

Règle n°3 : Ne récoltez pas les fraises humides

Les fruits humides moisissent rapidement et perdent leurs qualités gustatives ainsi que leur fermeté.

Voilà pourquoi elles doivent absolument être sèches lorsqu'elles sont cueillies. 

Règle n°4 : Récolter régulièrement

Si vous souhaitez avoir des fruits au top de leur qualité gustative, je vous recommande de faire des sessions de récoltes tous les deux ou trois jours.

Règle n°5 : Conserver vos fraises dans un lieu adapté

Une fois cueilli, il est préférable de placer les fraises non lavées dans un endroit frais, sec et ombragé (un réfrigérateur est idéal).

À retenir du Chapitre 5

  • Ne récoltez pas la première année. De cette façon, vous êtes sûre d’obtenir d’incroyables récoltes les années suivantes.
  • Supprimez tous les boutons floraux afin de laisser les fraisiers s’enraciner et produire des stolons. Cela vous permettra de booster vos récoltes les années suivantes.
  • Suivez les 5 règles pour récolter des fraises savoureuses qui se conserveront bien.

Étape 6 : "Nettoyage" de la fraiseraie

Bon, je ne vous apprends rien, les fraisiers ne sont pas éternels.

Cependant, il existe un moyen d’en maintenir certains dans une forme olympique. Et cela pendant 5 ou 6 années, facile.

Lequel ? Le nettoyage bien sûr !

Eh oui, un bon nettoyaget juste après la récolte donnera aux nouveaux stolons la possibilité de remplacer les vieux fraisiers ou les fraisiers affaiblis.

Cette étape est vraiment cruciale si vous cultivez des variétés non-remontantes, surtout si vous les cultivez dans le système des rangs en nattes.

Les 6 étapes d’un bon nettoyage

  1. Tout d’abord, éclaircissez les plants dans les rangs à environ 15 cm d'intervalle (maximum 9 plants par mètre carré).
  2. Ensuite, tondez le haut des fraisiers à 2.5 cm au-dessus des couronnes (ou collet) tout en faisant bien attention de ne pas les endommager.
  3. Si le feuillage est exempt de maladies, ratissez les feuilles et compostez-les ou incorporez-les au sol.
  4. Fertilisez avec un engrais équilibré (10-10-10). Ou un autre engrais organique.
  5. Réduisez les rangs à une largeur de 30 à 45 cm en binant. Un bon effort de rafraichissement permettra d'enlever environ la moitié des plants de fraises.
  6. Enfin, comme les fraisiers ont un système racinaire peu profond, l'étalement d'une fine couche de terre (environ 1.5 cm) autour des couronnes peut faciliter le développement de nouvelles racines.

Voici deux vidéos qui illustrent les différentes étapes du nettoyage de la fraiseraie :

Note importante : pour les fraisiers non-remontants et à production continue, cette étape n’est pas nécessaire.

Une fois le nettoyage effectué, il reste quelques actions à réaliser avant l’arrivée des premières gelées.

Tout d’abord, continuez à fournir au moins 2.5 cm d’eau par semaine jusqu'en octobre.

Maintenez la plantation sans mauvaises herbes grâce au paillage.

Ensuite, laissez les stolons précoces s'enraciner où ils veulent jusqu'à ce que la largeur de rang initiale soit rétablie.

Toutefois, les stolons produits après le 1er octobre n'auront pas le temps de s'établir et de survivre à l'hiver, ils peuvent donc être retirés sans crainte.

Enfin, si vous remarquez que vos fraisiers perdent de leur vigueur ou si vos rendements commencent à diminuer, vous avez probablement atteint la fin de vie de vos plantes.

Dans ce cas, il est temps de vous en séparer et de recommencer avec de nouveaux plants dans une nouvelle zone du jardin.

Goodbye, my fraiseraie !

À retenir du Chapitre 6

  • Le nettoyage est une étape cruciale pour les fraisiers non-remontants uniquement. 
  • Un bon nettoyage comporte 6 étapes (décrites plus haut). 
  • Continuez d’arroser normalement jusqu’à octobre et maintenez votre fraiseraie sans herbes jusqu’aux premières gelées (le paillage est une arme redoutable pour y arriver).
  • Jusqu’au 1er octobre, laisser les nouveaux stolons s’installer librement. Après cette date, ils auront très peu de chance de survivre à l’hiver et devront être supprimés.
  • Si après 5 ans vos fraisiers perdent leur vigueur ou sont moins productif, il est temps de les remplacer et de trouver un autre endroit pour créer votre nouvelle fraiseraie.

Étape 7 : Préparez vous, Winter is coming !

J’imagine que vous voulez continuer à produire des fraises durant plusieurs années, non ?

Très bien, alors vous allez devoir les protéger du froid.

Dans les régions où les hivers sont relativement doux,  le paillage déjà en place devrait largement suffire.

En revanche, dans les régions où la température descend régulièrement en dessous de 0 °C, un paillage supplémentaire sera nécessaire.

Avec 10 ou 15 cm de paillage, vos fraisiers devraient être au chaud et en sécurité.

Petite astuce, un léger arrosage peut aider à prévenir les pertes dues au vent.

Autre astuce.

N’appliquez jamais le paillage après plusieurs jours chauds consécutifs.

Cela pourrait inciter les fraisiers à recommencer leur croissance et entraînerait des dommages importants au moment des premières gelées.

Pour que ce soit clair, par dommage important, je veux dire la mort de vos plantes.

Donc soyez vigilant.

Dernière astuce. Au printemps, écartez le paillage sur le côté pour que les plants puissent redémarrer facilement et permettre également de réchauffer votre sol.

Toutefois, gardez-le à portée de main afin de pouvoir protéger les plants lorsque des gelées sont prévues.

À retenir du Chapitre 7

  • Si les températures sont souvent négatives, ajouter du paillage pour passer l’hiver sereinement. Entre 10 et 15 cm est une bonne option.
  • Ne paillez jamais après plusieurs jours chauds consécutifs. Cela pourrait faire repartir la croissance de vos fraisiers et causerait leur perte lorsque les premières gelées pointeront le bout de leur nez.
  • Au printemps, écartez le paillage pour réchauffer plus rapidement le sol et favoriser la reprise. Mais attention, ne vous en débarrassez pas, car si des gelées tardives sont prévues vous devrez à nouveau les protéger avec.

Bravo, votre quête est terminée !

Vous savez désormais comment entretenir vos fraisiers comme un pro.

Honnêtement, ce n’est pas sorcier. Je suis sûre que vous allez facilement y arriver en suivant les conseils que je viens de vous donner.

Certes, il va falloir un peu d’organisation pour installer un système d’irrigation goutte à goutte ainsi qu’un grillage anti-oiseau, mais après cela il n’y aura plus grand-chose à faire.

La fraiseraie sera quasiment en pilote automatique.

Il restera juste à vous pencher pour récolter les joyaux de votre jardin. Un pur bonheur.

Alors, si vous souhaitez que cette vision se réalise, commencez dès maintenant à créer votre propre fraiseraie (en cliquant ici), tout en appliquant ce que vous venez d’apprendre ici.

À vous de jouer !

Ne partez pas comme ça !

Dites-moi en commentaire si vous avez appris des choses sur l'entretien de vos des fraisiers.

Et comme toujours, si vous pensez que cet article peut aider d'autres jardiniers proches de vous, partagez-le sur les réseaux sociaux.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Guide Offert  : 5 étapes faciles pour démarrer le meilleur potager de votre vie (même si vous n'avez pas la main verte)

>