Alors comme ça, vous souhaitez cultiver vos propres fraises ?

Excellente idée, car celles du commerce sont devenues horriblement chères et sans saveurs.

En plus, selon une récente étude, 82.9 % de ces fraises possèdent des résidus de pesticides (même après lavages). Donc, pas ouf pour la santé également.

Cela étant dit, j’imagine que vous n’êtes pas ici pour découvrir que les fraises du commerce sont plutôt médiocres. Ça vous l'aviez déjà remarqué, n'est-ce pas ?

Non, vous ce qui vous intéresse vraiment, c’est de savoir comment cultiver vos propres fraises et tendre vers l'autonomie.

J’ai tout bon ?

Si c’est le cas, alors vous êtes tombé au bon endroit !

Car, je vais vous expliquer étape par étape comment bien débuter la culture des fraises.

Dans ce guide, non seulement je vais vous montrer comment choisir le meilleur emplacement pour votre fraiseraie, mais également les systèmes de plantation qu’utilisent les professionnels afin d'obtenir des récoltes exceptionnelles en termes de gout et de quantité.

À la fin, la création d'une fraiseraie n'aura plus aucun secret pour vous !

Alors, si vous vous sentez prêt pour le voyage, installez-vous confortablement et boucler votre ceinture, car le vol à destination de l’autonomie en fraises s’apprête à décoller.

Embarquez vite ! Le vol à destination de l’autonomie en fraises s’apprête à décoller.

Étape 1 : Choisir l'emplacement idéal 

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte lors de la sélection du site de la fraiseraie.

Premièrement, les fraisiers aiment la lumière et ont besoin du plein soleil pour avoir de gros rendements.

Ainsi, même si des fruits corrects peuvent être produits avec six heures d'ensoleillement direct par jour, il est préférable de choisir un emplacement sans arbres ou plantes de grande taille qui pourrait projeter de l'ombre.

En revanche, si vous habitez dans une région où les températures sont très élevées en été, je vous conseille plutôt de les placer à la mi-ombre surtout pour les variétés remontantes et à production continue.

Deuxièmement, il y a plusieurs exigences liées au sol à prendre en compte.

En effet, bien qu'ils puissent être cultivés dans la plupart des sols, les fraisiers préfèrent un sol limono-sableux et contenant de très grandes quantités de matière organique.

Pour combler ces exigences, vous pouvez ajouter du compost, de la tourbe et un peu de sable à la zone que vous avez choisie.

L'historique de la parcelle est également un facteur important à prendre en compte.

En effet, si d'autres cultures sensibles au verticillium (encore lui) ont été cultivées dans la même zone au cours des cinq dernières années, il est préférable de choisir un autre emplacement.

Les plus courantes de ces cultures sensibles sont les tomates, les pommes de terre, les aubergines, les poivrons, les melons et bien évidemment les fraises.

Enfin, il est important de choisir un site qui possède un sol bien drainant.

Bien que les fraisiers aient besoin d'une humidité constante pour se développer, les plants pourriront s'ils sont laissés dans l'eau stagnante.

Si par malchance, vous n'avez accès qu’à un sol lourd (de type argileux), la construction d'un bac surélevé d'au moins 15 à 20 cm devrait régler le problème.

À retenir de l'Étape 1

  • Dans l'idéal, choisissez une zone ensoleillée au moins 8h par jour avec un sol bien drainant (ou construisez des bacs surélevés).
  • Prenez connaissance de l'historique de la parcelle sur les 5 dernières années, notamment au sujet des maladies comme le flétrissement verticillien.
  • Enfin, pensez à enrichir régulièrement votre sol avec de la matière organique.

Étape 2 : Préparer le potager pour la plantation

Une fois que vous avez repéré l'endroit idéal, vous devez le préparer pour l'installation de la future fraiseraie.

Si ce site est recouvert de gazon, il est préférable de le préparer l'année précédant la plantation pour éliminer les herbes concurrentes.

Si possible, je vous conseille également de cultiver un engrais vert l'année précédant la culture afin d'améliorer la qualité du sol.

Lorsque le gazon aura disparu, incorporez 5 à 8 cm de compost dans la couche supérieure du sol.

Au moment de la plantation, vous pouvez également ajouter de la matière organique, surtout si le sol ne retient pas très bien l'humidité.

La tourbe, le compost et le fumier (bien composté) sont de bonnes options.

Aussi, avant la plantation, vous devez, dans la mesure du possible, vous assurer que votre sol est exempt de mauvaises herbes, de vers blancs et de toute maladie du sol.

D'où l'importance de bien connaitre l'historique de votre parcelle.

Autre aspect ultra-important, le pH du sol.

Les fraisiers poussent dans un sol dont le pH se situe entre 5,0 et 7,0, mais un pH de 5,8 à 6,2 est idéal pour une croissance et une production maximale.

Pour mesurer le pH de votre sol, vous pouvez utiliser des kits d'analyse disponibles en ligne et dans les magasins de jardinage.

Cependant, les meilleurs résultats sont obtenus grâce aux services professionnels d'analyse de sol tel que la Terrabox du laboratoire Capinov.

Voici une vidéo qui explique comment utiliser cette fameuse Terrabox :

Enfin, avant de planter vos fraisiers, n'oublier pas de corriger les problèmes pointés par l’analyse de sol afin de créer le meilleur environnement de croissance possible.

À retenir de l'Étape 2

  • Préparer votre sol l'année précédant votre plantation en semant par exemple un engrais vert et en ajoutant 5 à 8 cm de compost en surface.
  • Faites une analyse sérieuse de votre sol afin de connaitre le pH exact (idéalement entre 5.8 et 6.2) et les besoins de votre sol en termes d'amendement.
  • N'oubliez pas d'amender votre sol en fonction des résultats de l'analyse (apport de chaux ou de compost par exemple).

Étape 3 : Choisir le meilleur système de plantation

Différents systèmes de plantation sont utilisés, en fonction de la variété et du type de fraisiers.

Par exemple, les fraisiers non-remontants sont le plus souvent cultivés en rangs en nattes, tandis que les fraisiers à production continue et les fraisiers "remontants" sont généralement cultivés en buttes.

Ces deux systèmes donnent globalement les meilleures résultats, mais d'autres systèmes peuvent également très bien fonctionner.

Voyons tout cela ensemble.

Le système des rangs en nattes (ou entrelacés)

Pour cultiver des fraises avec ce système, placez les plants à une distance d'environ 50 cm (45 à 70 cm est acceptable) en rangs espacés d'environ 120 cm.

Laissez les stolons s'étendre librement et s'enraciner à volonté pour former un rang entrelacé d'environ 60 cm de large.

Le système de culture des fraises en rangs entrelacés est le plus efficace pour produire un grand nombre de fraises, mais la qualité des fruits est rarement égale à celle cultivée avec le système des buttes (que je vous expliquerais dans les prochains paragraphes).

Attention, si votre sol est très argileux et retient particulièrement bien l'eau, je vous recommande de commencer par créer une petite butte d'environ 20 cm de hauteur et d'une largeur de 60 cm. Puis de suivre le système.

Pour résumer, voici un schéma montrant comment mettre en place ce système de culture :

Le système des buttes et ses variantes

Pour cultiver des fraises avec ce système, commencez par créer une "butte" d'environ 20 cm de hauteur et d'une largeur de 60 cm.

Prolongez cette butte en une rangée aussi longue que vous le souhaitez.

Ensuite, installez deux rangées de plants par butte, en quinconce, chaque plant étant à 30 cm les uns des autres.

Les rangs sont espacés de 120 cm.

Dans ce système de culture, tous les stolons sont enlevés de chaque fraisier dès qu'ils sont identifiés.

Il existe deux versions modifiées de ce système : la haie simple et la haie double.

Ces systèmes reposent sur les mêmes bases que celui des buttes, mais certains stolons sont conservés.

Ainsi, dans le système à haie simple, chaque fraisier peut produire deux stolons supplémentaires alors que dans celui de la double haie on autorise plusieurs stolons à s'enraciner.

Tous les stolons de ces systèmes doivent être espacés d'au moins 15 cm des autres plants (idéalement entre 15 à 20 cm).

Pour résumer, voici également un schéma montrant comment mettre en place ces systèmes de culture :

Cultiver des fraises

À retenir de l'Étape 3

  • Différents systèmes de culture existent pour les fraisiers.
  • Le système de culture en butte est souvent préféré par les débutants parce qu'il permet d'obtenir une grande quantité de fraise d'excellente qualité (plus belles, plus grosses, plus esthétiques), tandis que le système des rangs entrelacés permet d'obtenir un plus grand nombre total de fraises, mais de moins bonnes qualités gustatives.
  • Je vous conseille d'expérimenter les deux afin de connaitre celui qui vous convient le mieux.

Étape 4 : Planter les fraisiers

Apprendre à planter correctement vos fraisiers est une étape essentielle.

Alors, voici quelques astuces pour ne pas ... se planter.

Quand les planter ?

Pour ceux qui ne craignent pas de planifier un peu leur saison, je vous conseille vivement de planter vos fraisiers à l'automne, surtout si la récolte de la première année est importante pour vous.

Concernant la plantation de printemps, dès que le sol est sec et peut être travaillé (généralement en mars ou en avril), vous devez absolument planter vos fraisiers, car ils doivent être bien enracinés avant l'augmentation des températures.

Ensuite, au moment de planter, ameublissez et décompactez la terre sur une profondeur de 15 à 20 cm.

Gardez-la meuble (ne marchez plus dessus) pour permettre aux stolons et aux racines de se développer plus facilement.

Si vous allez acheter vos fraisiers à la jardinerie du coin, je vous recommande de choisir des plantes qui ont une couronne épaisse avec des racines saines et de couleur claire.

Si vous avez commandé en ligne, ouvrez immédiatement l'emballage et inspectez-les.

S'ils sont moisis, renvoyez directement les fraisiers.

Dans le cas où vous ne pouvez pas les planter immédiatement, enveloppez-les dans du papier absorbant humide, puis mettez-les dans un sac et conservez-les au frigo jusqu'à ce que vous puissiez les planter à l'extérieur.

Dans l'idéal, la plantation des fraisiers doit se faire par temps nuageux ou couvert ou en fin d'après-midi.

Planter un fraisier en pleine terre : mode d'emploi

  1. Creusez un trou suffisamment grand pour y étendre les racines du fraisier.
  2. Au fond du trou, créez un monticule de terre qui affleure le niveau du sol.
  3. Placez le fraisier au sommet du monticule, à l'intérieur du trou, de façon que la couronne soit au niveau du sol, et étalez les racines sur les côtés du monticule de terre.
  4. Remplissez le trou et assurez-vous que le niveau du sol arrive au milieu de la couronne. Une plantation trop haute peut entraîner le dessèchement des racines avant qu'elles ne s'établissent, et une plantation trop profonde peut perturber la croissance des fraisiers.
  5. Une fois planté, tassez pour raffermir le sol autour des racines, puis arrosez abondamment.

Racines nues ou godets ?

En général, lorsqu’on décide d'acheter des fraisiers, il y a deux scénarios.

Soit ont choisi des plants en pleine croissance (godets), soit on achète des plants dormants à racines nues (aussi appelés plants frigo).

Les plants en godets ont généralement une longueur d'avance sur ceux à racines nues et poussent plus rapidement, mais ils sont généralement beaucoup plus chers.

Ainsi, pour le même prix que 5 ou 6 plants en godets, vous pouvez facilement obtenir 20 à 25 plants à racines nues.

Dernier point à connaitre avant de se décider, la plantation est légèrement différente pour chacun d'entre eux.

Voici une démonstration vidéo de la façon de planter des fraisiers à racines nues :

Et voici une démonstration vidéo de la façon de planter des fraisiers en godet :

À retenir de l'Étape 4

  • Si vous le pouvez, planter vos fraisiers à l'automne. Cependant, si vous ne pouvez pas, installez-les dès que le sol est sec et peut être travaillé (mars ou avril).
  • Vérifier bien l'état de la couronne et des racines avant d'acheter un fraisier.
  • Planter vos fraisiers lorsque le temps est couvert ou en fin d'après-midi.
  • Lors de la plantation, faites en sorte que la couronne soit au niveau du sol.
  • Les fraisiers en racines nues sont très bon marché, mais demandent un peu de planification en termes de plantation.
  • Les fraisiers en godets sont plus chers, mais présentent l'avantage d'avoir une croissance plus rapide.

À vous de jouer !

Voilà, je vous ai donné la méthode complète. Pas à pas. Elle est simple à suivre. Elle demande un peu de temps au début, mais les années suivantes ce n’est que du bonheur.

Allez-y étape par étape. Prenez le temps de bien choisir votre système de culture et n’oubliez pas de bien préparer votre sol avant la plantation.

Si vous hésitez encore, laissez-moi, vous rappelez la récompense au bout du chemin : plusieurs kilos de fraises aux goûts incomparables et totalement gratuits !

Ça vaut le coup, non ?

Désormais, vous savez exactement quoi faire. Alors. Commencer maintenant.

Lancez-vous dans l’incroyable aventure des fraises maison.

Vous ne le regretterez pas !

Avant de partir, dites-moi en commentaire si cette article vous à aider à vous lancer dans la culture des fraises. Dites moi également quelles sont vos variétés préférées.

Et comme toujours, si vous pensez que cet article peut aider d'autres jardiniers proches de vous, partagez-le sur les réseaux sociaux.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Guide Offert  : 5 étapes faciles pour démarrer le meilleur potager de votre vie (même si vous n'avez pas la main verte)

>