Attention, si vous souhaitez réussir votre premier potager, ne faites surtout pas ça !

Ne laissez pas votre sol à nu.

99% des débutants font cette erreur et se retrouvent rapidement avec un sol aussi stérile que le Sahara, provoquant par la suite d’énormes déceptions au moment de la récolte.

Le meilleur moyen pour éviter ce problème consiste à utiliser un paillage

Si vous ne souhaitez pas traverser votre potager à dos de dromadaire, ne laissez surtout pas votre sol à nu.

Dans ce guide, non seulement je vais vous donner les points clés à connaitre pour bien choisir votre paillage, mais en plus de cela je vais vous montrer comment l’appliquer avec succès.

À la fin de ce guide, je vous garantis que l’art du paillage n’aura plus aucun secret pour vous.

C’est parti !

Le paillage, c'est quoi ?

Avant de nous plonger dans tous les avantages qu'il offre, soyons clairs sur sa définition :

Le paillage peut être défini comme une couche de matériau utilisée pour recouvrir le sol.

Il existe de nombreux matériaux que vous pouvez utiliser à cette fin, mais selon moi, les seuls que vous devriez envisager d'utiliser sont ceux issus de matériaux naturels et biodégradables.

Les copeaux de bois, l'écorce de pin, les feuilles mortes, la paille, les tontes de gazon - ce sont tous des exemples de paillages bénéfiques, car ils se décomposent et apportent de nombreux autres avantages à votre sol.

En revanche, éviter les matériaux (même naturels) qui ne sont pas biodégradables ou qui mettent des décennies à se décomposer comme les pierres ou les coquillages.

Enfin, les matériaux non naturels, comme le caoutchouc ou le plastique, sont tout simplement une mauvaise idée.

Paillage de bois

Dans un an ou deux, ces copeaux de bois se décomposeront en un matériau riche, semblable à de la terre, qui améliorera la qualité physique et la valeur nutritive de mon sol, de façon naturelle et sans interventions supplémentaires de ma part.

Les 8 avantages du paillage

Allez, cette fois on rentre dans le vif du sujet !

1) L'aspect esthétique

C'est parfois la seule raison pour laquelle de nombreux jardiniers utilisent du paillage.

En effet, le paillage peut vraiment mettre en valeur les plantes de votre potager.

2) Retenir l'humidité

Le paillage agit comme une barrière isolante contre l'évaporation de la chaleur et du vent.

Il retient l'humidité dans le sol, ce qui vous permet de réduire considérablement la fréquence et la durée des arrosages.

Cela encourage les plantes installées à être plus tolérantes à la sécheresse, mais cela peut aussi faire toute la différence pour le succès des arbustes et arbres fraichement plantés.

3) Modérer la température du sol

La plupart des racines nourricières d'une plante (qui font le gros du travail lorsqu'il s'agit d'absorber des nutriments pour la plante) poussent dans les premiers centimètres du sol.

Ces racines restent en meilleure santé lorsqu'elles ne sont pas exposées à des températures extrêmes de chaleur ou de gel. 

Une couche de paillage agit comme un tampon contre les changements de température.

En outre, la chaleur du soleil peut cuire le sol exposé et créer une croûte qui empêche l'eau de s'infiltrer à la surface.

Lorsque les températures baissent, un manteau de neige peut offrir une protection, mais sans neige ni paillage, un gel nocturne ou des températures glaciales prolongées peuvent tuer ou endommager les racines des plantes nourricières sans parler des dégâts occasionner sur la vie du sol.

4) Protéger la surface du sol contre le ruissellement et l'érosion

Si le sol s'encroûte et devient imperméable à l'eau, la pluie et l'irrigation s'écouleront à la surface, entraînant avec elles des particules de terre cultivées et tout produit chimique ou excès d'engrais. 

Le sol encroûté est également plus sensible à l'érosion par le vent.

Vous savez peut-être déjà que le compactage du sol peut créer de graves problèmes à long terme, c'est pourquoi vous devriez toujours éviter de marcher sur les parties cultivées de votre potager.

Mais saviez-vous aussi qu'une pluie battante ou même la grêle peuvent avoir le même effet de compactage ?

Les agronomes appellent ce phénomène la croute de battance.

Encore une fois, le paillage peut protéger votre sol contre tous ces éléments négatifs !

5) Supprimer la germination et la croissance des mauvaises herbes

Les mauvaises herbes sont inévitables dans le jardin, mais si vous utilisez le paillage correctement, vous réduirez considérablement leur nombre. 

Si une couche de paillage suffisante recouvre le sol de votre jardin, les graines de mauvaises herbes qui s'y cachent ne recevront pas la lumière dont elles ont besoin pour germer. 

De plus, le paillage peut empêcher les graines qui sont transportées par le vent d'atteindre le sol et de prendre racine.

Les mauvaises herbes qui parviennent à germer seront étouffées par le paillage et auront moins de chances de s'établir. 

L'efficacité du paillage contre les mauvaises herbes peut facilement s’illustrer en observant le sol d’une forêt.

En forêt, l'épaisse couche de feuilles mortes accumulée chaque année permet de contrôler la germination des graines en les privant de lumière. Cet exemple est souvent cité en permaculture.

Pour toutes ces raisons, pailler votre potager est l'une des meilleures choses que vous puissiez faire afin de gérer les mauvaises herbes.

6) Supprimer les maladies transmises par le sol

De nombreuses maladies des plantes vivent dans le sol.

Si certaines maladies infectent une plante par le système racinaire, la plupart doivent entrer en contact avec le feuillage. 

Les éclaboussures d'eau de pluie ou d'arrosage peuvent transporter des agents pathogènes du sol vers le feuillage inférieur de vos plantes.

Le paillage agit comme un bouclier pour empêcher le déplacement des maladies par l'eau et réduit considérablement le risque de maladies des plantes.

7) Ajouter des éléments nutritifs et des matières organiques

Un sol sain et fertile doit être composé d'environ 30 % de matières organiques (en volume)

Les sols indigènes - argileux ou sableux, par exemple - manquent souvent de matières organiques.

Le compost est une excellente source de matières organiques pour améliorer la santé du sol, mais le paillage l'est tout autant. 

Au fil du temps, le paillage naturel se décompose.

Il alimente le réseau alimentaire du sol qui, à son tour, nourrit vos plantes.

La matière organique améliore également le drainage du sol au fil du temps.

Il s'agit d'un avantage important, que les paillages non naturels ou non biodégradables n'offrent pas.

8) Réduire ses déchets

De nombreux paillages sont constitués de matériaux qui finiraient autrement dans une décharge.

Les produits en bois, les feuilles, les écorces de pin sont trop souvent considérés comme des déchets.

Considérez-les plutôt comme des cadeaux de la nature faits à votre potager.

En utilisant des produits de paillage végétal destiné à la poubelle, nous réduisons réellement la quantité de déchets dans nos décharges.

Qu'est-ce qui fait un BON paillage ?

En voilà une bonne question !

Certains des plus grands avantages du paillage sont le résultat de sa décomposition.

Il est donc logique qu'un bon paillage soit celui qui se décompose avec le temps et qui n'introduit aucun élément nocif dans le processus.

Le meilleur paillage pour votre potager va dépendre de votre région et de ce que vous souhaitez pailler.

Plus les matériaux sont petits, plus ils se décomposent rapidement.

Dans les plates-bandes de mes potagers, et plus particulièrement dans mes potagers surélevés, je veux un matériau qui se décompose rapidement.

Les feuilles déchiquetées et l'écorce finement broyée protègent le sol pendant la saison de croissance, mais lorsque la saison s'achève et qu'il est temps d'ajouter du compost, la plupart des petits fragments de paillage se sont décomposés en un matériau semblable à la terre.

Je peux donc amender le sol avec du compost sans avoir à retirer la couche de paillage.

Un autre exemple, dans les chemins du potager, je préfère utiliser un paillage avec des essences de bois dur (chêne, hêtre ou frêne par exemple) et de taille moyenne.

Le bois dur est plus lent à se décomposer que les bois plus tendres, comme le pin ou le bouleau, et les plus gros morceaux auront également besoin d'être renouvelés moins souvent.

Ici, je ne cherche pas à améliorer le sol de manière significative dans ces zones - mon objectif est plutôt de le protéger contre l'érosion et l'intrusion des mauvaises herbes.

Maintenant que cela est dit, j’ai une question importante à vous poser :

« Lorsque vous achetez du paillage, savez-vous vraiment ce que vous achetez ? »

Je vous pose cette question car il n'est pas rare que le paillage soit fabriqué à partir de produits de bois contaminés.

Le paillage teinté en est un bon exemple.

Ce n'est pas la teinture qui est source d'inquiétude. Ces produits utilisent généralement des colorants de qualité alimentaire.

Le vrai problème, c’est que ces paillages colorés sont souvent fabriqués à partir de vieilles palettes d'expédition.

Malheureusement, de nombreuses palettes d'expédition sont traitées avec un insecticide toxique, le bromure de méthyle, afin de tuer les insectes susceptibles d'entrer en Europe en provenance d'autres pays (même si depuis 2010 ce procéder est censé être interdit au sein de l'Union Européenne). 

Les palettes qui arrivent en fin d'utilisation sont broyées, teintées pour avoir un bel aspect et vendues sur le marché comme paillage.

Vous ne voulez pas de bromure de méthyle autour de vos tomates, n’est-ce pas ?

Dans ce cas, même s'ils sont jolis, évitez les paillages teintés.

La couleur de ces paillages teints peut durer toute l'année, mais vous et vos plantes pouvez également être exposés à des produits chimiques provenant du bois traité que ces produits contiennent. Aussi, soyez vigilant, car parfois les sacs sont importés et les caractéristiques sont en anglais.

Les différents types de paillage

Maintenant que nous avons exploré ce qui constitue un bon paillage, examinons les avantages et les inconvénients potentiels des options les plus courantes.

1) Feuilles broyées (ou pas)

De nombreux jardiniers ne jurent que par elles.

En ce qui me concerne, je trouve les feuilles broyées très agréables à travailler.

Elles sont belles, et elles atteignent rapidement un niveau de décomposition idéale, protégeant ainsi le sol tout au long de la saison de croissance et atteignant une consistance semblable à celle du sol juste à temps pour l’ajout de compost en automne.

À droite, des feuilles entières. Elles peuvent très bien servir de paillage. Cependant, elles ne sont pas aussi faciles à travailler et mettent plus de temps à se décomposer. Je préfère les feuilles déchiquetées de gauche pour leur facilité d'utilisation et leur aspect plus homogène.

2) Paillage de bois

Il existe de nombreuses options pour le paillage de bois.

En copeaux, finement broyées, bois de feuillus, de pin et autres – mais comment savoir ce qui est le mieux ?

En dehors des produits et des risques dont j'ai parlé précédemment, ce que vous devez utiliser est une question de préférence personnelle.

Par exemple, combien de temps préférez-vous que le paillage dure ?

Comme je l'ai mentionné plus haut, je préfère utiliser un paillage de copeaux de bois dur à longue durée sur les chemins de mon potager, mais j’utilise des bois plus tendres et plus petits partout où je veux améliorer rapidement le sol.

Une petite astuce pour trouver du bois de paillage assez facilement.

Essayez de contacter les arboriculteurs ou élagueurs de votre région pour leur faire savoir que vous aimeriez prendre leur surplus de bois broyé.

Souvent, vous rendez service à l'entreprise, car elle n'aura pas à transporter le chargement aussi loin ou à payer des frais de mise en décharge.

Certains jardiniers s'inquiètent de l'utilisation de copeaux de bois d'arboriculture et se demandent si les copeaux provenant d'un arbre malade vont propager la maladie dans leur potager. 

La plupart des études indiquent que les paillages malades ne propagent pas de maladies aux plantes, arbres et arbustes environnants ; le risque semble donc faible.

Voici deux autres choses dont vous ne devez pas vous inquiéter : l'écorce de pin abaisse le pH de votre sol ou les copeaux de bois privent votre sol d'azote.

Ce sont deux mythes dans le cadre du paillage.

Lorsque le pin ou d'autres produits du bois sont utilisés comme paillage au-dessus du sol, le contact avec le sol n'est pas suffisant pour affecter le pH ou provoquer un appauvrissement en azote.

Ce n'est que lorsque le bois est mélangé au sol en profondeur - lorsque le sol entre en contact avec toutes les petites surfaces du bois- que le pH ou la disponibilité des nutriments peuvent être affectés négativement.

La plupart des copeaux de bois se décomposent en un an ou deux et commencent à ressembler à un mélange de terre.

À ce stade, le matériau peut être incorporé à votre sol, si nécessaire, sans aucun impact négatif.

Avant de passer au type de paillage suivant, je souhaite vous mettre en garde sur l’utilisation d’une essence d’arbre particulière : le noyer noir.

En effet, il contient un produit chimique allélopathique, appelé juglon, qui peut inhiber la croissance de plantes sensibles à proximité.

Soyez prudent en utilisant du noyer noir comme paillage, car il contient de la juglone, un puissant inhibiteur de croissance végétal.

Cette substance chimique est surtout présente dans les racines de l'arbre, mais on la trouve dans toutes les parties du noyer noir, y compris les feuilles mais en plus faible quantité.

Alors, si vous avez des feuilles ou des copeaux de noyer noir ou si vous pensez qu'il y a du noyer noir dans un matériau que vous avez acheté ou récupéré, laissez le matériau vieillir un peu avant de l'utiliser comme paillage.

En général, la juglone commencera à se dissiper après environ six mois, mais plus vous la laisserez vieillir, mieux ce sera.

Vous voilà donc prévenu !

3) Foin ou paille

Ces matériaux sont facilement disponibles dans les magasins de jardins, les fournisseurs agricoles ou auprès d’agriculteurs proche de chez vous.

Les deux options sont faciles à épandre et ont un bel aspect. Cependant, il existe des différences essentielles entre ces deux matériaux.

A) La paille

Elle provient des cultures céréalières et n'est que la tige de la culture.

C'est pourquoi elle ne contient généralement pas d’épis (et donc de graines).

Elle est plus facile à travailler mais plus lente à se décomposer que le foin à cause de son rapport C/N élevé (entre 50 et 150 selon la culture initiale).

B) Le foin

De son côté, le foin provient de cultures de graminées, comme la fétuque et le pâturin, et contient donc probablement des épis (et donc des graines).

Mais le plus gros problème, cependant, est la possibilité que le foin ait été traité avec un herbicide persistant (utilisé pour tuer les mauvaises herbes mais tout aussi efficace pour tuer nos chères plantes du potager), qui mettra des années à se dissiper et qui peut ruiner votre sol. 

Si vous souhaitez l'utiliser en paillage, assurez-vous qu'il ne soit pas traité.

Le foin se décompose plus rapidement que la paille grâce a son rapport C/N équilibré (entre 20 et 30).

Contrairement au foin, la paille ne risque pas de contenir des épis en graines. Elle se décompose lentement et est facile à travailler.

4) Écorce de pin

J'aime beaucoup l'aspect des écorces de pins. Elle se décompose lentement et, bien qu'elle soit acide, elle n'aura pas beaucoup d'impact sur le pH de votre sol.

Ce matériau est plus difficile à étaler, mais une fois qu'il est en place, il se tient bien et peut même être façonné à votre guise.

Cependant, je vous recommande de porter des manches longues et des gants pour protéger vos avant-bras des éraflures et des résidus collants qui font partie du jeu lorsqu'il s'agit de l’étaler au potager.

5) Tontes de gazon

J'adore les matériaux gratuits, et les tontes de gazon en font partie.

Si vous ne faites pas encore de paillage lorsque vous tondez le gazon (ce que l'on appelle aussi l'herbicyclage), faites sécher vos tontes pour ensuite les utiliser.

Si vous pouvez les étaler sur une allée ou une autre surface plane en les plaçant entre deux couches de plastique transparent, il ne faudra que quelques heures par une chaude journée ensoleillée pour qu'elles sèchent et deviennent un matériau léger et craquant, facile à travailler.

En revanche, je vous déconseille de pailler avec des tontes fraîches et humides, car elles peuvent générer de la chaleur et des moisissures, créant ainsi un environnement parfait pour le développement de champignons et autres bactéries.

6) Coques de plantes

Des matériaux comme les coques de riz ou d'arachide sont de plus en plus présent sur le marché. 

Cependant, comme ces matières proviennent d'une culture vivrière, il est plus probable que l'origine ait été traitée avec un pesticide ou un herbicide, qui peut rester dans les coques et se transférer ainsi à votre potager.

7) Paillage de cacao

Les paillage de coques et de fèves de cacao peuvent également avoir été traités avec un produit chimique qui sera transféré dans le sol de votre potager.

Ces matériaux présentent également un autre risque - ils contiennent de la théobromine et de la caféine qui sont toxiques pour les chiens.

Même si vous ne possédez pas de chien, pensez aux autres animaux de votre voisinage.

8) Papier déchiqueté

Il est biodégradable et abondant, alors n'hésitez pas à utiliser du papier déchiqueté comme paillage. 

De nos jours, les encres sont généralement à base de soja et ne posent donc pas de problème de santé.

En revanche, il n'est pas très esthétique et se lie une fois qu'il est mouillé, mais le papier déchiqueté peut être une excellente option pour pailler les plantes dans un tunnel bas ou une mini serre.

En ce qui me concerne, je préfère l'ajouter à mon tas de compost, mais si vous souhaitez l'utiliser comme paillage, allez-y.

Je suis partisan de tout ce qui permet d'éviter la mise en décharge de ce matériau.

9) Paillage vivant

Qu'est-ce qu'un paillage vivant ? 

Il peut s'agir d'une plante qui s'accroche au sol, comme le thym, ou d’un engrais vert comme la vesce ou le trèfle.

Les paillage vivants - en particulier les engrais verts- offrent une foule d'avantages pour la santé du sol.

Ces options protègent la surface du sol, et elles peuvent également faire de l'ombre aux mauvaises herbes.

Cependant, l’utilisation de ce genre de paillage est assez technique car si le paillage vivant devient trop vigoureux, il entrera en concurrence pour l’eau et les nutriments du sol.

10) Bâche en plastique

Si, dans certaines applications agricoles, la bâche en plastique peut servir de paillage, ce n'est pas une bonne idée pour un potager.

En fait, l'utilisation de bâches en plastique présente plus d'inconvénients potentiels que d'avantages.

De plus, nous devrions tous chercher à utiliser moins de plastique dans nos vies, non ?

Comment appliquer le paillage ?

Une fois que vous avez choisi le type de paillage, vous vous demandez probablement de quelle quantité vous avez besoin et comment l'utiliser ?

Si vous avez un petit peu chercher sur le net, vous avez dû voir qu’il existe beaucoup de façon de faire.

D’ailleurs, d’après ce que j’ai pu voir il existe beaucoup d'idées fausses, même dans le secteur des professionnels du maraichage ou de l’aménagement paysager.

Quoi qu’il en soit, voici comment vous devriez vous y prendre pour réussir comme un pro le paillage de votre potager.

Pour commencer, n'étalez pas le paillage trop finement, ou il ne sera pas suffisant pour fournir les avantages que vous attendez.

Une couche mince ne sera pas aussi efficace pour éliminer les mauvaises herbes ou protéger le sol contre la chaleur, l'érosion, etc.

Cela dit, si le paillage est trop épais, vous créez de nouveaux problèmes.

Lorsque le paillage est trop épais, il peut empêcher l'eau d'atteindre le sol. Il peut également étouffer vos plantes.

L'idéal est une couche de 5 à 15 cm.

Essayez d'appliquer et de maintenir votre paillage dans cette fourchette et vous verrez une différence notable sur la santé de vos plantes et du sol.

De plus, vous verrez rapidement une diminution des besoins en eau, notamment en période estivale.

Ceci m'amène à l'une de mes bêtes noires en matière de jardinage : les volcans de paillage.

Un volcan de paillage est le résultat d'un énorme tas de paillage empilé autour du tronc d'un arbre ou arbuste - souvent à plus de 30 cm de hauteur.

Non seulement c'est un gaspillage coûteux d'une ressource précieuse, mais c'est aussi nuisible à la santé de l'arbre.

Avez-vous déjà vu ça ? Ce volcan de paillage (sans parler de l'étêtage des arbres) met la santé à long terme de ces arbres en grand danger. Ces arbres vont probablement mourir bien avant leur heure.

Le paillage des plantes et des arbres est une très bonne chose, mais il ne doit pas entrer en contact avec le tronc.

Pourquoi ?

Le contact du paillage avec le tronc crée une voie d'accès pour les parasites et les maladies et peut favoriser la pourriture.

Appliquez toujours ce que j’appelle la règle des 5 cm :                

5 cm d'épaisseur et 5 cm de distance du tronc

Vous pouvez aller jusqu'à 10 cm dans les deux cas, mais restez dans cette fourchette.

De nombreux arbres ont été tués par des volcans de paillage.

Ne le faites donc pas, et ne laissez pas non plus une entreprise paysagiste le faire sur votre propriété.

Bonus de fin : mes réponses à 3 questions courantes

1) Faut-il pailler les semis ?

On me pose souvent des questions lorsqu'il s'agit de pailler des zones nouvellement semées.

Les graines doivent pouvoir germer et atteindre la lumière sans entrave supplémentaire, c'est pourquoi une couche de 5 à 10 cm n'est pas une bonne idée.

La plupart des graines germent si rapidement qu'il n'est pas nécessaire de pailler pendant la brève période entre le semis et le moment où les plantes atteignent une hauteur de quelques centimètres.

Cependant, si vous avez envie de pailler les zones ensemencées, un léger saupoudrage de foin, de paille ou (surtout) de tontes de gazon séchées fera l'affaire.

Mais n'en mettez pas trop, car les graines en train de germer pourraient être gênées par le poids ou l’épaisseur du matériau une fois qu'elles ont pénétré dans le sol.

2) Comment apporter du compost au sol lorsque le paillage est encore en place ?

Si vous voulez vous faciliter la tâche, ajoutez du compost ou de l'engrais directement sur la couche de paillage.

Au fil du temps, l'eau d'irrigation et de pluie fera passer les nutriments à travers le paillage et les fera descendre dans le sol.

Il n'y a rien de mal à cette approche.

Toutefois, pour moi, la meilleure utilisation du compost est de l'ajouter comme amendement, puis de le recouvrir et de le protéger avec une couche d'un autre matériau de paillage naturel.

De cette façon, vous tirerez un meilleur parti du compost - et vous profiterez également des avantages qu'une couche de paillage naturel apporte à la santé de votre sol.

Ils ont chacun leur place, et ils vont vraiment de pair pour un potager réussi.

3) Et si on utilise le compost comme paillage ?

Il n'y a rien de mal à cela et certains jardiniers ne jurent que par cette approche.

Cependant, je trouve le compost tellement précieux qu'il est souvent plus cher ou moins facile à trouver que le paillage.

De plus, il est suffisamment léger pour être perdu par l'érosion de la pluie ou du vent, et il est trop important pour que je prenne le risque d'en perdre aussi bêtement.

Conclusion

Après plus de 3000 mots, vous avez fini par terminer ce guide.

Félicitation !

Désormais vous savez que le paillage apporte d'incroyables avantages à votre potager en luttant par exemple contre les mauvaises herbes ou en diminuant la fréquence d'arrosage en retenant l'humidité.

Ces atouts font de lui un précieux allié au potager.

Mais ce n'est pas tout, vous savez aussi que le choix du paillage est une étape cruciale, car si vous le sélectionnez mal, cela peut avoir des répercussions négatives sur vos légumes et votre santé.

Par exemple, je vous conseille d'éviter les paillages teintés qui sont des sources potentielles de bromure de méthyle.

Enfin, vous savez qu'il est inutile de disposer le paillage en contact direct avec le tronc et qu'il faut respecter la règle du 5/5.

5cm d'épaisseur (minimum) à une distance de 5cm du tronc de la plante.

Avant de partir, dites mois en commentaire quel type de paillage vous préférez utiliser et pourquoi ?

Et surtout, si vous pensez que cet article peut aider d'autre jardinier proche de vous, partagez-le sur les réseaux sociaux.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Guide Offert : 5 étapes simples pour démarrer dès aujourd'hui votre premier potager autonome

>