Super, je vais récolter des centaines de kilos de légumes bio et savoureux !

Voilà ce que je me suis dit en 2012 lorsque j'ai démarré mon premier potager.

J'imaginais déjà les réactions enthousiastes de mes proches entrain de déguster mes tomates au goût incomparable.

J'avais tellement hâte de ma première récolte !

Malheureusement, quelques coups de bêche plus tard, j'ai découvert avec stupeur que mon sol était très difficile à travailler et loin d'être idéal pour démarrer un potager.

Aie, c'est la douche froide. Glacée même !

Heureusement pour moi, cette même année j'ai découvert que démarrer un potager avec un mauvais sol n'était pas toujours synonyme d'échec.

Dans cet article, non seulement je vais vous dévoilez les 3 étapes pour améliorer n'importe quel sol, mais également découvrir l'étape à ne surtout pas négliger si vous voulez avoir un sol fertile pendant plusieurs années.

Cela vous intéresse?

Alors, installez-vous confortablement, prenez une boissons chaude et c'est parti !

Étape n°1 : Ajouter de la matière organique

Dans un monde parfait, votre sol contiendrait des parts à peu près égales de sable, de limon et d'argile, ainsi que de l'air, de l'eau et une petite quantité de matière organique (généralement moins de 10% du volume total).

Mais comme nous ne vivons pas dans un monde parfait, nous n'avons pas un sol parfait.

Bien souvent, on se retrouve plutôt dans l'un des deux cas suivants :

  1. On a hérité d'un sol sableux, où l'eau s'écoule trop rapidement et où les plantes ne sont pas suffisamment irriguées.
  2. On a hérité d'un sol argileux (mon cas), où l'eau reste (trop) au contact des racines, risquant ainsi de les noyer.

La bonne nouvelle est que dans l'une ou l'autre de ces situations, avec seulement un ingrédient, vous pouvez améliorer votre sol afin de le rendre plus accueillant pour les plantes que vous souhaitez y faire pousser.

Voici l'ingrédient n°1 pour améliorer votre sol

C'est simple, que ce soit pour améliorer la structure d'un sol, accroitre la disponibilité de l'eau ou encore augmenter les rendements, la matière organique (M.O pour les intimes) est l'ingrédient numéro 1 (Shepherd et al., 2006; Libohova et al., 2018; Robertson et al., 2014; Oldfield et al., 2018; Jensen et al.,2019; Lal, 2020; Oldfield et al., 2022).

Ajouter de la matière organique pour améliorer le sol du jardin

Quel que soit l'état initial de votre sol, l'ajout de matière organique peut l'améliorer significativement

Ainsi, elle peut permettre à un sol argileux lourd de devenir plus drainant, d'être plus facile à creuser ou encore d'être moins dur ou collant

Elle peut également aider les sols sablonneux à mieux se tenir et à retenir davantage d'humidité et de nutriments.

Alors, qu'est ce que la M.O ?

Avant de poursuivre, je vais préciser une chose importante : il n'existe pas UNE, mais PLUSIEURS matières organiques (M.O).

D'ailleurs, on peut les classer en 3 groupes :

  1. Les Matières Organiques Vivantes, animale, végétale, fongique et microbienne, qui englobent la totalité de la biomasse en activité (racines, vers de terres, etc.).
  2. Les débris d’origine végétale (résidus végétaux, exsudats), animale (déjections, cadavres), fongique et microbienne (cadavres, exsudats) appelés «Matières Organiques Fraîches »
  3. Les composés organiques stabilisés (« Matières Organiques Stables »), les matières humiques ou humus, provenant de l’évolution des matières précédentes.

Ainsi, le terme matières organiques regroupe l’ensemble des constituants organiques morts ou vivants, d’origine végétale, animale ou microbienne, transformés ou non, présents dans le sol.

Où trouver cette matière organique ?

Excellente question !

En règle générale, les matières organiques que l'on va apporter au potager auront deux origines  : 

  1. L'extérieur de la maison feuilles déchiquetées, fumier composté, turricules de vers, tonnes de gazon, débris végétaux, écorces broyées, arbres et branchages   sont tous des exemples de matières organiques utilisables au potager. 
  2. L'intérieur de la maison — le papier déchiqueté, les rouleaux d'essuie-tout, les restes d'aliments d'origine végétale, le marc de café sont également de bons candidats.

Bien que vous puissiez ajouter ces éléments directement à votre sol, il est préférable de les stocker quelque part chez vous, dans un tas ou un bac et de les laisser se décomposer durant quelques mois.

Ensuite, une fois que tous ces éléments se seront décomposés jusqu'à devenir méconnaissables, vous pourrez les ajouter à la terre de votre potager.

Le processus que je viens de vous décrire est l'essence même de la fabrication du compost - le produit ultime de la décomposition de toute ces matières organiques combinées, et le meilleur ingrédient pour améliorer n'importe quel sol.

Le compost est mon amendement préféré pour améliorer le sol. Il allège les sols argileux lourds et améliore leur drainage. Dans les sols sablonneux, il aide à retenir l'humidité. Et le meilleur, c'est que vous pouvez faire du compost chez vous gratuitement.

Si vous voulez apprendre à faire rapidement et facilement un compost de qualité, je vous invite à télécharger mon guide offert de 70 pages dans lequel je vous explique ma méthode express en 3 étapes pour produire votre or brun.

Pourquoi les matières organiques sont-elles si efficace ?

Bon, à ce moment de l'article, vous devez peut-être vous poser la question suivante :

"D'accord mon brave Lucas, les M.O c'est important, mais pourquoi en ajouter fonctionne aussi bien pour les deux extrêmes de sols (argileux et sableux) ?"

Encore une excellente question !

La réponse réside dans le réseau d'organismes qui se développe autour de ces M.O.

En effet, les organismes qui les décomposent en particules plus fines sont aussi ceux qui créent les substances permettant à ces même particules de se lier entre elles.

Ainsi, dans un sol argileux lourdl'ajout de matières organiques rend le sol moins dense, via la création d'espaces permettant à l'air et à l'eau de s'accumuler et de se déplacer, mais aussi aux racines de se développer plus facilement.

De cette façon, les racines peuvent s'étendre et "respirer" davantage. 

L'eau s'écoule mieux, mais il en reste toujours assez pour permettre aux plantes de s'hydrater correctement.

Et pour les sols sableux ?

Dans ce cas, les grosses particules sableuses partagent désormais l’espace avec des particules plus petites et plus collantes (matières organiques), ce qui réduit l’espace entre ces particules.

Cela va densifier le sol et permettre une plus grande capacité de rétention de l’eau et des nutriments qui, autrement, ruissèlerait à travers votre sol avant même d’être utilisés par les plantes.

Étape n°2 : Faire une analyse de sol

Bien que cela puisse facilement être l’étape numéro 1, je préfère toujours procéder à l’analyse de sol APRÈS avoir ajouté des matières organiques.

En effet, si l’on se réfère à la carte nationale des stocks de carbone organique (principal composant de la M.O totale, 58% en moyenne), réalisé par le GIS Sol en 2018, environ 75 % des sols métropolitains possèdent une proportion de carbone faible à moyennement élevée.

C'est loin d’être l'idéal, n’est-ce pas?

Voilà pourquoi, on ne risque pas grand-chose en ajoutant de la matière organique dès le départ à notre potager, même sans avoir fait une analyse de sol au préalable.

Une fois la précieuse matière organique ajoutée, le moment d’approfondir les connaissances sur votre sol sera venu.

Pour cela, l’analyse par un laboratoire spécialisé reste le moyen le plus facile et le plus fiable d’y parvenir. 

Personellement, j'ai utilisé par le passé le service Terrabox du laboratoire Capinov et je n'ai jamais été décue par leurs analyses.

Certes, une analyse du sol est un petit investissement (39.90 euros pour la Terrabox), mais les retours précieux pour optimiser la productivité de votre potager qu'il apport en valent largement le coup.

Grâce à cette analyse approfondie de votre sol, vous allez ainsi connaitre très précisément le % de matière organique totale, la quantité d’azote, ou encore la valeur exact du pH.

D’ailleurs, ce dernier point est tellement important, qu’on va s’y attarder un peu.

Pourquoi le pH de votre sol est si important ?

Même si votre sol est suffisamment riche en nutriments (et matières organiques), si le pH n’est pas équilibré, certains de ces nutriments seront chimiquement indisponibles pour les plantes.

Disponibilité et toxicité des minéraux du sol en fonction du pH (Source : Université Nice Côte d'Azur)

Ceci conduira à des carences et par conséquent à une baisse de productivité, mais également à une augmentation de la sensibilité aux maladies.